01-intro

SES ORIGINES :

Elle trouve ses origines en Espagne auprès du célèbre neuropsychiatre, Alfonso Caycedo.
En 1960, alors qu’il utilisait les techniques thérapeutiques de l’époque, il s’est demandé si l’état de conscience de ses patients n’était pas une piste à explorer dans le traitement de leurs maladies. Ainsi pendant plusieurs années il parcouru le monde et s’inspira des techniques de l’hypnose, de relaxation et des procédés mentaux venus d’Orient comme le yoga, le bouddhisme et le Zen. La philosophie phénoménologique, spécialement Hegel, Husserl et Heidegger, ainsi que la psychologie occidentale à travers Jung, Freud et Jaspers eurent une influence certaine dans son travail créatif. La sophrologie bénéficie également de l’évolution significative des sciences en neurologie et en biologie. Synthèse des recherches les plus modernes et des traditions les plus anciennes, elle offre des techniques adaptées à notre culture et à notre société; méthode de développement personnel, essentiellement médicale au départ, elle est maintenant pédagogique

 

Fondée sur trois racines grecques « Sos »: harmonie, sérénité; « Phren »: conscience, esprit; « Logos »: science, étude, la Sophrologie peut ainsi être définie comme La science qui étudie la conscience humaine harmonieuse.

Une philosophie de vie qui permet de mieux se comprendre et se connaître, vivre en harmonie: une méthode au service d’un travail de développement personnel mais aussi un outil pour gérer son stress.

 

La Sophrologie Caycédienne s’intéresse donc au fondement même de l’Homme, de son essence ; elle permet ainsi à chacun de développer ses capacités personnelles, d’affronter les événements de la vie en présence et en conscience et d’améliorer son quotidien par une méthode simple et accessible à tous. Dotée de solides principes de fonctionnement avec une méthodologie précise et une éthique rigoureuse, elle est aussi une méthode progressive.

 LA MÉTHODE : 

Cette discipline spécifique utilise une méthodologie originale et un ensemble de techniques destinées à mobiliser de façon positive les capacités et ressourcent qui existent en chacun d’entre nous. Fondée sur une pratique physique et mentale, elle s’appuie sur un travail autour de la respiration, des mouvements du corps, de la relaxation et de la visualisation. Un travail en conscience et en présence qui tire partie de nos propres ressources, capacités et valeurs, dont le but est de vous rendre autonome avec les outils sophrologiques. Très largement utilisée dans le domaine clinique et thérapeutique, la Sophrologie présente un caractère social, préventif et pédagogique qui s’adresse à chacun d’entre nous de la préparation à la naissance jusqu’à l’accompagnement en fin de vie.

 

Dans certaines indications, la Sophrologie est pratiquée en complément d’un suivi médical indispensable et ne saurait s’y substituer.

 

La pratique de la Sophrologie repose sur trois principes:

- Le principe d’action positive: dégager le positif de ce que l’on vit et apprendre à le percevoir. Ainsi vivre de manière positive, au présent, permet d’envisager l’avenir plus sereinement, à l’inverse: la haine, la colère nous mettent en souffrance et cela agit sur notre présent et aussi sur notre futur. Un événement difficile peut être vécu de différentes façons suivant le regard qu’on lui donne.

- Le principe  de schéma corporel comme réalité vécue: tout passe par le corps, la conquête de l’esprit passe par celle du corps, il faut commencer par vivre la sophrologie en étant dans ses sensations corporelles, partir à la découverte de son corps en écoutant ses messages. Pour vivre en harmonie il faut être bien dans sa peau.

- Le principe de réalité objective: il concerne le sophrologue qui n’est ni le maître, ni le gourou. Il est conscient de ses compétences et de ses limites et il se doit d’avoir une objectivité sur le travail mené avec le sophronisé. Le sophrologue établit « l’alliance » avec la personne en face lui, une relation de personne à personne, de confiance et de respect mutuel.

 LA BOITE À OUTILS :

Le sophrologue est en quelque sorte « le passeur », il transmet des techniques et accompagne un certain temps pendant l’apprentissage. Il a en sa possession un ensemble d’outils qu’il propose en fonction des différentes demandes, personnes, des capacités de chacun et des objectifs fixés. Les pratiquants peuvent ainsi les utiliser quand ils en ressentent le besoin, mais ils doivent finalement s’approprier leur pratique et devenir autonomes.

Ces techniques s’apprennent, se répètent et s’entretiennent. La régularité des séances permettent à l’état de se prolonger et de s’ancrer.

déroulement des séances :

Une séance de sophrologie dure environ une heure et se déroule de la façon suivante:

- un temps d’échange et d’explication sur la séance à venir
- la pratique, en position assise ou debout
(allongées uniquement dans certains cas très spécifiques), guidée par la voix du sophrologue

- un nouveau dialogue, appelé phéno-description, qui relate votre vécu positif
de la séance

Le premier rendez-vous est d’une durée un peu plus longue, une heure 1/2. Ce temps est nécessaire pour faire connaissance et aborder avec rigueur vos attentes, vos objectifs, envisager le nombre de séances et leur fréquence.